Ma p’tite histoire

 

Après avoir obtenu un diplôme en ébénisterie, suivi des formations données par la Centre de conservation du Québec (CCQ) et œuvré en France dans des centres de restauration-conservation, entre autres au Musée des Arts décoratifs. De retour au Québec, j’ai fondé mon atelier en 2001. J’y ai d’abord offert des services de restauration de meubles anciens avant d’ajouter le rembourrage un peu plus tard à la suite de l’obtention d’un diplôme en rembourrage artisanal à l’École du meuble de Montréal.
Depuis 2005, j’ai le grand plaisir d’enseigner la finition à la main à la S.O.F.I.E de Granby pour M. et Mme tout le monde ainsi que pour des groupes ayant des problèmes en santé mentale. Depuis 2010, enseigne à l’école de formation professionnelle de Châteauguay de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries.



Je ne suis pas une maquilleuse, mais une restauratrice

 

Le travail que j’accomplis me passionne. Quand on m’apporte un meuble, je pense à l’artisan qui l’a façonné, presque toujours avec amour. Car il y a de l’amour quand on travaille avec le bois, une matière noble, belle, odorante qui se laisse manœuvrer quand on la traite avec douceur.
Malheureusement, nous sommes à une époque où la recherche de la perfection fausse notre jugement de la vraie beauté. On fait souvent appel aux restaurateurs privés pour « remettre à neuf » un objet ou un meuble, mais là n’est pas vraiment notre mission.
Je ne suis pas là pour maquiller et  cacher les imperfections. Je suis restauratrice/conservatrice : ma mission première est de stopper le plus possible la dégradation d’un meuble ancien pour lui permettre de traverser le temps avec ses « rides » et, s’il y en a, les lacunes présentes dans le travail de l’artisan qui a créé le meuble. C’est ainsi, à mon humble avis, que l’on peut respecter le travail des anciens.      
Ainsi, un pied de meuble attaqué par les insectes ne sera pas systématiquement scié et remplacé, mais conservé, c’est-à-dire désinsectisé, consolidé, bouché et, grâce à ma formation d’ébéniste,  « retravaillé » de façon à lui redonner sa force et son intégrité. 
Un meuble ancien n’est pas qu’un  objet utilitaire; c’est aussi une œuvre d’art, reflet et témoin de son époque, une œuvre vivante dont il faut préserver à la fois l’authenticité et les traces laissées par ses utilisateurs.
Cette façon de faire a ses exigences : l’utilisation de produits anciens ou qui s’y rapprochent le plus possible et, ce qui est encore plus exigeant, la réversibilité des interventions faites sur l’objet.
Heureusement, je ne suis pas seule pour effecteur tout ce travail : une petite équipe – dont je suis très fière parce que ses membres travaillent tous avec passion – m’accompagne.

 

Nous suivre

Abonnez-vous maintenant
pour recevoir de nos nouvelles

Adresse

 


484 Boul. du Séminaire N.

Saint-Jean-Sur-Richelieu (QC)
J3B 5L3  Canada

 

514 250-7752

http://memoiredelartisan.ca

Nous trouver